Créer un site internet

Qui suis-je?

Roxane
Pic du midi

Mon parcours de mère

?Née en 1984, j'ai vécu 4 grossesses et je suis maman de 3 enfants. ?J'ai, depuis mon plus jeune âge souhaité avoir des enfants.

J'ai toujours été curieuse de la maternité, du déroulement de l'accouchement, des enjeux physiques, émotionnels et relationnels; et des différentes manières de voir et vivre le monde.

?J'ai allaité chacun de mes enfants (entre 1 et 2 ans), j'ai porté en écharpe et j'ai vécu plusieurs manières de m'occuper d'eux (maternage proche ou plus distancé).

Pour mes 2 premiers enfants j'ai suivi la préparation "classique" à l'accouchement. Pour ma dernière, j'ai expérimenté l'hypnose médicale. J'ai constaté une grosse différence dans mon état pendant la naissance et dans la capacité qu'ont les femmes à s'emparer de leurs ressources.

?Mon parcours de maman a commencé durement en 2008. Mon premier enfant a été atteint d'une malformation détectée à 3 mois de grossesse. J'ai vécu une interruption médicalisée de grossesse.  A cette étape là, je me suis rendue compte que l'accompagnement émotionnel est très limité voir inexistant.

Après ce deuil, j'ai eu le bonheur d'accueillir mes 3 enfants et de vivre 3 accouchements et 3 grossesses complètement différents en maternité.

 - Bébé 1 césarienne d'urgence

 - Bébé 2 accouchement sous péridurale

 - Bébé 3 accouchement physiologique avec un retour précoce à la maison, accompagné par une doula.

?Lors de l'arrivée de mon premier enfant, j'ai traversé plein de doutes, de questionnements, de peurs, d'impuissance.

Mon bébé était intense, semblait avoir plein de besoins insatisfaits. J'ai ressenti aussitôt mes propres besoins inassouvis qui devenaient de plus en plus handicapants (fatigue, surcharge de choses à faire, positionnement dans la famille, isolement...) et surtout une sensation de me sentir seule et démunie malgré la présence de ma famille et de mon mari. J'ai compris très vite qu'être parent n'était pas une évidence. Et que la possibilité de se confier sans craindre le jugement était rare.

?Durant cette première année j'ai été surprise par mon constat: Je suis maman et je ne sais pas comment faire pour faire "comme il faut". Je me sens seule.

?Mon mari et moi avons souhaité avec un 2ème enfant rapidement. Nos 2 enfants ont 21 mois d'écart. J'ai été alitée 4 mois à domicile. J'expérimentais la fratrie et l'accompagnement de 2 enfants rapprochés aux besoins bien différents. Je cherche à m'adapter.

J'ai remis en question tout ce que je croyais savoir. J'ai modifié mes habitudes, je me suis autorisée à faire selon mes besoins et mes priorités. J'ai passé beaucoup de temps à lire, à échanger avec d'autres parents, à observer mes réactions et trouver des outils qui ont installés ma sérénité.

Durant ce temps j'ai eu l'occasion de sentir émerger en moi une prise de conscience. Tout ce que je venais d'apprendre, mes recherches, mes essais... J'avais en moi la conviction qu'il est important de ne pas rester seuls avec nos sentiments... je voulais pouvoir les partager, les transmettre à d'autres parents.

?J'ai découvert le métier de Doula. J'ai choisi de suivre cette formation. ?En février 2014 je donnais naissance à ma dernière. Son papa et moi avons voulu vivre une grossesse et un accouchement avec une Doula. Rien de mieux que de vivre de l’intérieur un accompagnement avec une doula pour pouvoir comprendre tous les besoins et les effets. Vivre un maximum de configurations possible.

Nous nous sommes sentis soutenus, nous avons eu le temps de laisser émerger des envies, des questions, des désaccords. Mais surtout, nous avons étés acteurs de nos choix, nos décisions. J'ai continué à apprendre plein de choses sur moi, mes enfants, mes conditionnements.

?Curieuse des différences et maman en cheminement, j'ai fait des rencontres, je me suis rendue à des espaces de parents, à des ateliers. J'ai lu et suivi des conférences autour de la parentalité au sens large.

Je me suis intéressée fortement au portage en écharpe, aux signes de communications avec bébé, à l'alimentation autonome, aux émotions, aux langages des bébés, que j'ai pratiqué avec mes propres enfants.

J'ai suivi les ateliers de communication parents/enfants de Faber&Mazlish, et des ateliers sur la fratrie et ses enjeux. J'ai été subjuguée par les effets que les émotions peuvent avoir sur notre corps et dans nos états. J'ai découvert la communication bienveillante ( que j'aime appeler hygiène relationnelle). 

?J'ai très vite perçu en moi un appel à transmettre tout ce que je découvrais et qui apaisait ma relation à moi-même et mes enfants. L'évidence que l'être humain a besoin d'être accompagné pour se réaliser au même titre qu'il a besoin de son espace intérieur et personnel pour grandir et assimiler. Comment trouver une place pour chaque besoin?

Tout le monde a besoin d'une main tendue, de quelqu'un qui connait ce que nous traversons et qui permet de soutenir justement et sans jugement, les peurs, les colères, les chagrins, les joies, les débordements d'amour, les pertes...

Quel moment idéal que ce temps de grossesse pour permettre aux parents d'être les plus sereins possible et à ces bébés d'arriver dans les mêmes conditions avec des parents prêts à vivre ce qui doit être vécu!

?Je sais aujourd'hui que ma priorité est de prendre en compte les personnes comme elles sont. De libérer la parole, recentrer les besoins, trouver les ressources que nous avons en chacun de nous pour être au plus juste. Pour soi. Il n'y a pas une histoire pire qu'une autre, meilleure qu'une autre. Il y a nos histoires, la votre, la mienne. Et toute histoire mérite d'être entendue et soutenue.


 

?Mon parcours professionnel?

J'ai suivi une formation en langues et cultures régionales, qui m'a permis d'être médiatrice culturelle et d'organiser des évenements culturels, rencontrer des publics différents et d'apprendre quelques tâches administratives.

Puis, j'ai enseigné dans des écoles immersives (langue occitane - calandretas), où j'ai eu en charge des classes de maternelles. J'ai aussi été chef d'établissement et ai participé dans ce cadre là à la création d'une école calandreta à Gaillac.

J'ai pu découvrir et approfondir des outils pédagogiques et éducatifs qui m'ont beaucoup questionnés et qui ont contribués à nourrir ma curiosité. Cette expérience m'a beaucoup transformée. J'y ai rencontré des parents qui avaient des visions différentes des miennes à l'époque. J'ai eu l'opportunité d'ouvrir le champ des possibles en moi.

J'ai été porteuse du projet ParenTarn créé par l'Ile aux parents qui a pour but de rassembler les acteurs locaux de la petite enfance et d'ouvrir les possibilités aux parents. Dans ce cadre là j'ai eu la chance de rencontrer Isabelle Filliozat et permettre aux parents Tarnais de venir écouter ses recherches en terme de parentalité.

?En 2013, j'ai suivi la formation des doulas à l'Institut des Doulas de France. J'ai été certifiée dès la fin du cursus.

Cette formation a été une révélation pour moi.

J'ai décourvert et développé mes compétences d'écoute, d'empathie, j'y ai trouvé une pertinence saisissable. Une manière de prendre soin de l'humain, dans son respect, dans sa force et sur son chemin. ?

J'ai fait un travail de fin d'études sur le deuil périnatal qui a été, évidemment, une continuïté à mon histoire et qui me permet aujourd'hui d'approfondir mon vécu et accompagner en toute connaissance et compréhension, les divers états et vécus des parents qui ont perdu un bébé, ou qui s'apprêtent à vivre des grossesses difficiles.

Mon histoire familiale m'a mis encore 2 fois en situation de vivre des deuils tous plus durs les uns que les autres. Mais grâce à mon expérience, je peux accompagner les deuils, permettre ma présence aux cérémonies funéraires avec une justesse connue.

Je souhaite mettre au service des parents mon expérience et ma solidité mais aussi mon empathie dans ces moments si forts et intenses. Pour faire du mieux que possible, et faire en sorte que ce moment soit gravé comme une expérience et non un traumatisme.

?Je voudrais, pour terminer ma présentation, dire merci à ces petits Anges qui, malgré la douleur traversée, ont fait de moi ce que je suis. Ils m'ont mené à ce beau métier humain où je peux faire partager les expériences et accompagner-soutenir l'essentiel ! 

?

Mais encore... ?

Vous me direz, c'est bien beau (et bien long!) tout ca, mais toi? Roxane? t'aime quoi d'autre?

Et bien, en tant que Roxane (en plus de la femme mère, la femme pro, la fille de...) 

 

Je pratique l'équitation depuis toute petite

J'ai fait beaucoup de GRS, puis de la danse contemporaine

J'adore danser :) seule, à deux, en groupe, danse trad, danse contact, et puis juste me lacher...bouger... savourer

J'aime bien la musique, j'ai joué du piano, petite, et dernièrement j'ai eu l'occasion de m'essayer à l'accordéon chromatique. J'aimerais me mettre au fifre, mais pour l'instant, je galère à souffler dedans !

J'aime lire, des livres sur la connaissance de soi, les émotions, la philosophie, les histoires d'amours :)

Mes auteurs préférés: Thomas d'Ansembourg, Isabelle Filliozat, Jacques Salomé, Guillaume Musso, Marc Levy

J'aime cuisiner, je suis la pro des recettes pas suivies, la pro des plats zarbis mais qui sont surprenants car réussis!

Je suis curieuse des différentes manières de s'alimenter, et de mettre un sens et une conscience aux actions.

J'ai beaucoup participé aux accueils parents-enfants de ma ville.

Je me suis investie dans les calandretas en tant que parent et aussi comme coprésidente.

 

 

...QUOI D'AUTRE?...

 

J'ai de l'humour, celui de mon père à vrai dire...  :)

J'ai adoré découvrir la biodanza (la danse de la vie!) 

J'aime ralentir, sentir le soleil sur ma joue, le son de la nature, rester en suspens quelques minutes. Je découvre le voyage tranquille, le voyage simple et essentiel.

Des fois j'ose, des fois j'ose pas...

Je déteste les mensonges.

J'aime les gâteaux moelleux, le vin blanc et le rhum :) bon... et les cocktails sans alcool, les légumes et l'eau. Si si!! c'est vrai! je suis végétarienne, mais parfois j'ai envie de saucisse de Toulouse... alors j'en mange!

 

Je m'arrête là, j'en garde sous le coude . Comme ça, le jour où on se rencontre, vous aurez de quoi me découvrir encore... et vous pourrez y ajouter votre regard!